Comment arriver à passer à l’action?

En analysant mes propres freins à passer à l’action et en observant les autres, voici quelques éclairages qui vont peut-être vous aider à ‘y aller’ si vous avez du mal à AGIR.

Trouver son but

D’abord, bien-sûr, il faut connaître sa direction. Quel est votre but? Cela paraît évident, mais si nous creusons un peu le sujet, vous allez voir que ce n’est pas toujours aussi si simple que cela en a l’air.

D’abord, il y a deux sortes de buts: les buts très ‘pratiques’ et les buts plus ‘profonds’ qui donnent un sens profond à notre vie.

  • Les buts très ‘pratiques’, comme maintenir sa voiture en bon état par exemple, sont peut-être plus faciles à mettre en place car ils ne nécessitent pas de créativité particulière de notre part. Nous répondons à un besoin. Nous faisons notre ‘devoir’. Dans cette catégorie, nous sommes plutôt en train de ‘faire’ pour ‘éviter’ des conséquences désagréables.

Nous mettons le projet en place parce que notre patron nous l’a demandé. Nous achetons un cadeau pour l’anniversaire de notre enfant pouor qu’il soit content. Nous prévoyons les vacances car elles arrivent à grands pas. Nous prenons nos rendez-vous parce que la vie nous appelle à le faire (dentiste, amis, professeurs des enfants…)

Nous sommes un peu poussé par la vie pour faire ce que nous devons faire. Dans ce cas, nous sommes plus en train de subir notre emploi du temps et celui des autres que de le créer de toutes pièces. Et nous pouvons avoir de la difficulté à avancer concrètement pour passer à l’action avec ces buts-là.

  • Les buts plus ‘profonds’ ne sont pas toujours faciles à poursuivre non plus.

Nombre de personnes ne poursuivent pas de buts précis, construits et qui ont un vrai sens. Vouloir gagner de l’argent, être heureux, fonder une famille, avoir le job de ses rêves… qu’est-ce que cela veut dire? Ce ne sont pas des buts, ce sont de vagues envies qu’on se plaît à imaginer comme ça en rêvassant. Cela ne conduit pas vraiment à prendre des décisions claires, intentionnelles, dynamiques et efficaces. Comment pouvoir avancer dans une direction qui ressemble à un mélange d’idéaux éthérés, déconnectés de soi et de notre vraie vie?

Un but, cela se visualise, se construit, se définit, s’affine, se pèse, se transforme, s’enrichit au fil du temps… Quand c’est un but qui est en lien avec notre raison d’être, avec la façon dont nous voulons donner du sens à notre vie, il se choisit en fonction de ce que nous sommes et non d’après les canons de la société ou d’après les attentes des autres (le rêve de mon père, les attentes de ma mère, de mon patron, de mon meilleur ami…)

Si vous voulez passer à l’action, il faut donc déjà définir et clarifier vos buts quels qu’ils soient. Cela semble logique mais dans la plupart des cas, c’est non clarifié. Savez-vous répondre à la question : quels sont vos buts cette semaine, ce mois-ci, ces trois mois à venir, cette année? … Pas si simple!

Définir les objectifs

Pour arriver à se rapprocher de ses buts, il faut AGIR pas à pas ! Deuxième difficulté… Le tout n’est pas d’avoir clarifié ses buts, mais il faut maintenant clarifier les étapes, les objectifs pour y arriver, les tâches pratiques à faire chaque jour.

Quand nous avons du mal à passer à l’action, nous pouvons tomber dans un piège : nous allons nous donner l’impression de FAIRE mais notre énergie et actions ne vont pas au bon endroit. Nous nous donnons l’illusion d’être occupé, mais ce n’est pas pour les choses qui comptent vraiment que nous travaillons. Nous poursuivons des petites urgences et remplissons notre journée avec des automatismes de réaction. Nous répondons à ce qui arrive. Nous réagissons sans être véritablement acteur de notre vie.

Pourquoi est-ce un piège?

Parce que nous sommes bien occupés, mais les choses n’avancent pas vraiment. Nous n’avançons pas sur ce qui doit être fait, sur nos projets de coeur, sur nos buts profonds.

Et aussi parce que nous allons toujours vers le plus facile, le plus simple, le plus rapide.

Et donc, comme nous ne savons pas clairement quels sont nos objectifs, quelles actions concrètes exécuter là, maintenant, cette après-midi, ou demain, nous remplissons notre temps de petites choses à faire faciles à réaliser mais pas essentielles pour notre vie ou pour nos projets en cours. Cela nous donne bonne conscience de FAIRE; cela nous évite de réfléchir plus loin; cela nous évite de faire face à nos peurs du vide; cela nous évite de faire face à nous-même!… Mais tout le temps que nous passons à colmater des petites fuites pas vraiment importantes, nous ne le passons pas à construire notre essentiel, ou à agir efficacement.

Personnellement, quand je sens que je tourne autour du pot, que je n’arrive pas à passer à l’action, que rien n’avance, c’est que je n’ai pas défini de façon très pratique ce que je dois faire. Quelle est ma prochaine action? Qu’est-ce que je dois faire là, tout de suite pour faire avancer mon projet?

Il y a des moments où je suis très inefficace, tout simplement parce que JE NE SAIS PAS. Je ne sais pas par quel bout commencer, je ne sais pas comment faire, je ne connais pas la technique, je n’ai aucune idée du ‘comment’…

Et donc, au lieu d’affronter cette problématique et de m’asseoir un instant pour me demander ‘comment’ faire, pour clarifier les prochaines étapes, je suis tentée de faire des petites choses sans importance réelle. Je m’attarde sur le rangement, je prends plus de temps à regarder mes mails, j’arrose mes plantes, je trie des papiers, je me laisse distraire par les alertes sur mon téléphone…  je fais tout ce qui se présente à moi et qui est facile et qui ne demande pas beaucoup de rélexion.

Cela me donne une impression de contrôler ma journée, mais en réalité rien n’avance. Je fais des choses mais rien qui soit réellement satisfaisant. Cela vous dit quelque chose??

Rapidement, je me sens frustrée, mes émotions me le rappellent. Mon ressenti me dit que je ne suis pas en train d’être sur le bon chemin. Donc je reviens vers les actions à forte valeur ajoutée… J’affronte, je fais face et courageusement je m’y attèle.

Je dis ‘courageusement’, car oui, il faut du courage pour se prendre en main. Oui, il faut courageusement décider de ne pas se laisser aller au plus facile, à l’autoroute que tout le monde prend. Lorsque passer à l’action est difficile pour soi, cela demande du courage de s’extraire d’un no man’s land, d’une zone de confort (qui finalement n’en est pas une).

Sortir d’habitudes d’évitement bien ancrées, affronter ses peurs de réussir ou d’échouer, découvrir qu’on a du pouvoir dans sa vie… tout cela n’est pas évident à gérer. Mieux vaut ne pas se poser de questions et faire l’autruche?? La vie se charge vite de nous rappeler qu’il nous faudra tôt ou tard nous mettre en action pour développer notre Etre….

Alors, ce qu’on peut dire de tout cela, c’est qu’il nous faut définir clairement les choses: nos buts (petits et grands) et nos objectifs (les étapes quotidiennes concrètes). Ne soyons pas rigides et obstinés dans nos choix et actions bien-sûr. Il faut en permanence s’adapter et faire preuve de flexibilité. Mais soyons clairs dans les actions que nous allons entreprendre au jour le jour. Et persévérons… ne perdons pas de vue nos buts.

0 réponses

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.