Comment endormir notre enfant?

C’est une réelle préoccupation pour certains parents. Pourquoi notre enfant ne peut-il pas s’endormir sagement, facilement, rapidement comme les autres ? Pourquoi ne peut-il pas faire la sieste gentiment ? C’est pourtant l’heure !

D’abord, mettez de côté tous les a priori de spécialistes et toutes vos peurs…  « attention aux mauvaises habitudes », « il faut qu’il apprenne à être autonome », « il doit apprendre ! », « je vais me faire ‘bouffer’ ! », « si je commence à lui donner cette habitude, je ne vais pas m’en sortir… » etc…

Il n’y a pas de règles. L’enfant pour bien s’endormir a juste besoin de se sentir aimé et en sécurité. Vu comme cela, c’est assez simple…

Et un enfant ne dort pas sur commande. Cela dépend de tellement de facteurs que ce n’est pas parce que « c’est l’heure » que c’est son heure ! Arrivez-vous à dormir sur commande ? Parfois oui, parfois non….Certains jours nous sommes plus fatigués que d’autres, nous sommes plus excités ou énervés que d’autres. Pour les enfants et les bébés c’est la même chose. Alors certains enfants sont très réguliers dans leur sommeil, c’est très bien. Pour d’autres c’est très artistique, c’est très bien aussi ! (plus fatigant pour les parents, mais en s’adaptant, ce n’est plus un problème)

Voilà ce que je vous propose. Testez et vous verrez si cela vous convient.

Allongez-vous avec votre enfant. Dites-vous que c’est un moment privilégié que vous allez passer avec lui.

Quand vous pensez à votre enfant, parfois vous vous dites que vous devriez faire des choses avec lui, que vous devriez vous occuper de lui et passer du temps avec lui. Voilà, c’est le moment. Ce sera pour s’endormir pour la sieste ou le soir. Ce n’est pas pour plus tard, demain ou un autre jour. C’est maintenant le moment. C’est le bon moment. C’est la bonne heure, c’est le bonheur….

Quoi de mieux pour un enfant de s’endormir en toute sécurité avec son papa ou sa maman qui sont entièrement là pour lui au moment de ce lâcher prise, pas toujours évident, qu’est le sommeil.

En s’allongeant avec votre enfant, installez-vous confortablement.

Pour faire la transition plus facilement entre l’activité et le repos qui va suivre, vous pouvez commencer par lire une courte histoire, votre enfant blotti contre vous.

Puis fermez les yeux pour indiquer à votre enfant que ce n’est plus l’heure des échanges et des discussions. Prenez la position que vous adoptez quand vous dormez. Et respirez comme si vous étiez en train de dormir, une respiration lente, profonde, qui fait un peu de bruit… Car oui, vous allez vous aussi vous reposer.

C’est à ce moment que tout se joue.

Si vous faites semblant de dormir en espérant que votre petit dormira très vite car vous n’avez pas de temps à perdre ( !), en laissant votre mental au galop à l’intérieur de vous, et que votre enfant n’est pas particulièrement motivé pour dormir, il y a peu de chances qu’il arrive à se détendre rapidement pour sombrer dans les bras de Morphée….

Le secret est de couper toute réflexion mentale et rester dans les sensations de son corps, dans les sensations de bien-être auprès de notre enfant bien aimé…

Chaque fois que vous vient une pensée comme : « Quand est-ce qu’il va s’endormir, je n’ai pas que ça à faire… », « il m’agace à bouger tout le temps, aurais-je enfin mon moment tranquille pour faire… », « J’ai oublié de… », « il faut que je pense à faire… »….vous revenez dans les sensations de votre corps qui est de plus en plus lourd et qui va bientôt s’endormir.

Vous pouvez faire ce qu’on appelle un ‘scanning corporel’, c’est-à-dire passer toutes les parties de votre corps en revue de façon méthodique pour un meilleur relâchement. Commencez par penser et sentir votre  le pied gauche, puis la cheville gauche, le mollet gauche, en respirant tranquillement comme si vous dormiez…etc…et toute la jambe gauche, sentez à chaque fois que chaque partie se détend de plus en plus, s’enfonce de plus en plus dans votre lit. Puis en détaillant chaque petite partie, passez à la jambe droite, au tronc, aux bras au cou et à la tête.

Cela vous occupe et vous permet de rester concentré sur les sensations et non les pensées qui viennent stimuler votre vigilance. Là, ce n’est pas le moment de penser car c’est pour vous l’occasion de récupérer, de faire une pause, de vous absenter quelques minutes dans le sommeil.

Non seulement vous êtes tout entier à votre enfant, dans cette attitude intérieure de vous dire que tout est parfait, vous êtes bien auprès de lui, vous lui offrez tout votre amour et toute la sécurité dont il besoin, mais c’est aussi pour vous un moment béni dans la journée ou le soir pour vous arrêter et vous reposer. Deux en un !…

Plus vous arriverez à réellement vous détendre et à lâcher, plus cela aura un effet apaisant sur votre enfant qui la plupart du temps vous suivra en s’endormant profondément. Si vous gardez votre esprit trop en éveil, ce sera plus difficile pour votre enfant de sombrer rapidement. C’est comme s’il avait des antennes branchées sur vous !

Profitez de ce moment qui vous appartient, et qui passe. Chaque moment de la vie ne reviendra plus, faites en sorte que vous ne regretterez pas ces moments précieux passés avec votre enfant. Alors donnez-lui une saveur d’éternité, remplissez ce moment de toute votre présence, acceptez ce moment pleinement comme il vient, sans lutter, sans résister…

Soit votre enfant s’est endormi, c’est parfait ( !), attendez un peu qu’il sombre vraiment dans un sommeil profond (environ 10 à 20mn après qu’il soit endormi) avant de vous relever immédiatement cela risquerait de le réveiller…

Soit votre enfant ne veut vraiment pas dormir, il gigote, c’est que ce n’est pas le moment pour lui. C’est ainsi. C’est parfait aussi. Apprenez à accepter. Aujourd’hui c’est comme ça et c’est très bien. Demain ce sera peut-être autrement. Ce sera très bien aussi. Pas de paroles ou gestes désobligeants envers un enfant qui ne dort pas comme on veut. Mettez-vous à sa place ! C’est ! C’est tout.

La vie c’est le mouvement. La vie c’est le changement. Comme dit Thomas d’Ansembourg : « Dans la nature, il n’y a rien de définitif. Tout est saison, passage et transformation. Même les montagnes sont en chemin ! » Cela est une bonne nouvelle ! Surtout avec les enfants. Tout évolue très vite avec eux. Tout est possible…

 

1 réponse
 

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.