Comment garder les bienfaits de l’été?

énergie

Après l’été, on est en forme et plein d’énergie. On a rechargé ses batteries et on voudrait pouvoir garder les bienfaits le plus longtemps possible… 


Au lieu de plonger tête la première dans l’activité effrénée ​de ce mois de septembre, et de se retrouver rapidement hors d’haleine dans quelques semaines, nous devons prendre soin de notre rythme. Nous devons ra-len-tir

​​Allons doucement, nous sommes pressés! 


​​Notre monde actuel exerce une pression sur nous qui est incomparable avec ce qui a eu dans le passé. Nos modes de communication et d’information vont à une vitesse exceptionnelle. En 100 ans, nous avons subit un changement de rythme incroyable. Nous sommes tellement habitués au monde d’internet, des écrans et du téléphone, que nous trouvons cela normal. Mais ce rythme impose à notre cerveau, à notre corps et à notre être tout entier une pression invisible mais bien réelle. Ne l’oublions pas! 

Les sollicitations de toutes sortes sont nombreuses et tellement rapides avec ces nouvelles technologies. Il n’y a qu’à voir des jeunes échanger entre eux, ils parlent à toute vitesse, comme s’ils cliquaient sur un écran… 

​​Ralentissons. ​​

Prenons le temps ​​de faire les choses. Dans la mesure du possible, ne faisons qu’une chose à la fois. Et nous allons gagner du temps, de l’énergie et du bienêtre.

En disant cela, je vous entends marmonner ​​que c’est plus facile à faire qu’à dire, que c’est bien pour les personnes pas trop occupées, et que cela n’est pas possible pour tout le monde. 

Prendre le temps de faire les choses. Qu’est-ce que cela implique? 

Je comprends bien que lorsqu’on travaille et qu’on a des comptes à rendre, il y a un certain nombre de choses à effectuer. On n’y coupe pas. C’est comme quand on gère une famille nombreuse ou des enfants en bas âge, il faut que cela tourne! Et quand on fait les deux, travailler et gérer une famille, et qu’on a en plus d’autres obligations… cela paraît difficile de ralentir!

Il est évident qu’il faut peut-être se poser la question de savoir ce qu’on peut simplifier ou alléger. Mais ce n’est pas le point sur lequel j’ai envie d’insister aujourd’hui.

Prendre le temps de faire les choses signifie être tout à ce qu’on fait et le faire bien. Je me souviens de ma mère, lorsque j’étais petite qui faisait travailler un de mes frères. Je l’entendais lui dire : »Applique-toi, ne va pas trop vite, sinon tu perds du temps à corriger indéfiniment avec ton effaceur…! » Je ne sais pas si cela vous rappelle quelques souvenirs… On avait un effaceur pour le stylo plume. Mais que de temps passé à enlever le capuchon, effacer, ré-écrire, reprendre la plume… En étant plus soigneux et attentif, plus présent et concentré, on pouvait éviter trop de fautes.

Pour les tâches que nous avons à faire dans notre quotidien, où que nous soyons, mettons-y du soin et de l’attention, de la présence et de la concentration.

Comment?

  • En choisissant l’action au lieu de la subir. Certaines choses que nous faisons ne nous plaisent pas, mais il faut les faire. Alors au lieu de les faire à contrecoeur, dans un mauvais esprit, avec le mental en train de persifler, choisissons pleinement de faire ce que nous avons à faire. Sainte Thérèse disait qu’on pouvait ramasser une épingle avec amour…

 

  • En taisant notre mental qui nous crie ‘comment je vais faire tout ça aujourd’hui?!’, ‘ça n’arrête pas’, ‘je cours tout le temps!’… C’est notre mental qui nous raconte des histoires et qui nous met la pression. C’est lui qui nous fait peur, qui sème le doute, qui nous juge incapable… Donc chut! Ca suffit! Dès qu’il émet un avis, tournons-nous vers la chose que nous sommes en train de faire à l’instant et qui a besoin de toute notre attention pour qu’on avance correctement.

 

  • En étant dans l‘instant présent le plus possible. En vivant pleinement ce qu’on a à vivre dans toutes les choses de la journée. C’est comme cela aussi qu’on développe notre concentration.

 

  • En nous organisant concrètement. Pour cela, il faut prendre du temps qui a l’air de ne servir à rien dans un premier temps, mais qui va nous permettre d’enchaîner les choses intelligemment pendant notre journée, notre semaine. C’est primordial. C’est le concept ‘perdre du temps pour en gagner’. J’ai longtemps cru que les choses allaient arriver un peu d’elles-mêmes. Mais avec cet état d’esprit, je subissait au lieu de conduire ma vie. En prenant du temps pour organiser les choses en laissant suffisamment de place à la créativité, à l’intuition et aux imprévus, l’efficacité est bien meilleure. Donc prenons le temps, agenda et listes à la main pour noter comment s’organiser pour des journées fluides et efficaces.

 

  • En coupant les sources d’interruption et de distraction pendant de longues plages horaires. Chaque fois qu’on est dérangé, il faut quelques instants pour se replonger dans ce qu’on est en train de faire. C’est fatigant, usant et cela nous fait perdre beaucoup de temps et d’énergie. Alors, définissons des moments ‘à l’ancienne’, sans source de distraction.

 

  • En faisant une chose à la fois le plus souvent. Je ne suis pas sûre qu’on gagne tant de temps que cela à vouloir être dans une productivité maximale. Trier ses mails pendant une réunion longue et peu importante, c’est possible. Mais il vaut mieux revoir ses priorités, sa façon de déléguer ou de s’organiser si vous êtes en permanence présent sur tous les fronts en même temps.

 

  • En respirant profondément et en conscience tout au long de la journée, et encore plus lorsque les journées sont chargées. Nous sommes le plus souvent en apnée, même si physiologiquement nous respirons bien sûr. Ponctuons notre journée de respirations ressenties et sentons la détente de ces quelques secondes que nous nous accordons.

 

  • En ayant une posture détendue et souple. Avons-nous besoin de d’avoir tous les muscles de notre corps sollicités pour marcher, parler avec quelqu’un ou pour bouger la souris de notre ordinateur? Remarquons ce que nous devons relâcher et ajuster pour perdre moins d’énergie dans des crispations corporelles inutiles. Ou au contraire, si nous sommes trop mou ou las, remettons un peu de tonus dans notre corps. N’hésitons pas, dans les deux cas, de nous étirer régulièrement et de bouger notre corps pour faire circuler les fluides et l’énergie. La vie, c’est le mouvement!

 

  • En prenant du temps chaque jour pour nous-même. Nous devons aller à notre rencontre, faire le silence à l’intérieur de nous, intérioriser ce que nous vivons. Nous devons aller à la source tout simplement. Méditer, prier, être avec soi tout simplement, c’est la base. Sans cela, nous vivons sans ancrage et au moindre coup de vent nous tanguons. Revenons dans notre silence intérieur, ne serait-ce que quelques minutes par jour. Enlevez un peu de temps sur les résaux sociaux ou pour des choses futiles et prenez du temps pour être avec vous-même. Relions-nous à cette partie sacrée de notre être, soyons dans la gratitude, dans le recueillement. Prenons le temps d’honorer la vie en nous et d’Etre tout simplement.

Voilà quelques points que je pratique le plus possible et qui aident à ralentir le rythme. Cela permet aussi de gagner en efficacité et donc en énergie.

0 réponses

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.