Deux axes majeurs pour une vie accomplie…

Vous souhaitez partir de cette terre en vous disant que vous avez vécu une vie accomplie et sans regrets? Vous souhaitez réussir votre vie, réussir dans la vie et en même temps ressentir la plénitude? Alors écoutez attentivement cette vidéo qui va vous éclairer.


Votre cadeau



Les 4 clefs indispensables
pour une vie plus sereine

Trouvez du sens, de l’équilibre et de
l’épanouissement dans votre vie.


2 réponses
  1. RIGOU-CHEMIN
    RIGOU-CHEMIN dit :

    Bonjour Aude et merci pour vos conseils apaisants. Il me semble en effet comme vous le soulignez, que c’est fondamental d’identifier en nous ces deux axes et de chercher entre eux un équilibre. Mais avant de pouvoir les évaluer sur une échelle, cela demande à mon avis à aller plus loin encore dans leur définition. Ce qu’est la réussite pour moi n’est sans doute pas la même chose pour quelqu’un qui se consacre à la vie spirituelle par exemple. Par ailleurs, la réussite familiale n’est pas à mettre au même plan que la réussite professionnelle. La plénitude en revanche s’embarrasse moins de ces distinctions puisque c’est un ressenti immédiat de nos émotions intérieures, encore que …. Il me semble quant à moi que lorsque j’aurais réussi à mieux me situer sur l’axe de la réussite professionnelle, l’axe de la plénitude ira de soi. Je comprends aussi que cela demande à identifier clairement ce que l’on cherche vraiment dans sa vie professionnelle afin de ne pas être déçu et ainsi ne pas en être pleinement satisfait.

    Répondre
    • Aude de Vathaire
      Aude de Vathaire dit :

      Merci pour votre commentaire. Effectivement pour évaluer tout cela, il faut un peu de réflexion, d’introspection. Et chacun a son sens de la réussite. Nous pouvons toujours avoir des rêves à réaliser quelle que soit notre vie.
      Je comprends également que vous voulez d’abord vous situer professionnellement pour ressentir ensuite de la plénitude, mais la plénitue se cultive dès aujourd’hui dans votre vie, même si elle ne vous satisfait pas pleinement encore. Je vous remercie d’évoquer cet écueil.
      Il est là le piège… « un jour quand j’aurai un boulot intéressant, je serai heureux…. » « plus tard, quand toutes conditions seront réunies, je pourrai goûtere pleinement à la vie… ». Mais si nous voulons pouvoir goûter à la plénitude quand nous aurons ce que nous voulons, il faut commencer aujourd’hui, sinon une fois les buts atteints, nous allons nous sentir un peu vide comme je l’explique dans la vidéo. Nous poursuivons alors la fausse croyance que le ‘faire’ et ‘l’avoir’ vont nous rendre heureux. Or nous pouvons dès aujoud’hui être heureux pour aucune raison…

      Répondre

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *