Diète d’infos

gérer son temps et son énergie

N’avez-vous pas remarqué le temps que l’on passe à écouter, voir ou lire les informations ? On se laisse happer par les reportages « inédits », les dernières informations « cruciales », les records en toutes sortes « c’est la première fois que… », « Depuis 20ans, on n’a jamais vu autant de…. »…

Si on regarde les nouvelles à la télévision, ça prend au moins trois quarts d’heure. Et qu’en reste-t-il ? Parfois pas grand-chose, à peine quelques images, des sentiments négatifs ou décourageants, et surtout une impression de frustration pour ma part.

A la radio, c’est pareil ; et internet, en terme d’aspirateur de temps, c’est presque pire si on ne sait pas s’arrêter ! Les informations sont présentées de telle sorte qu’on est tenu en haleine. Un simple fait divers est amplifié, mis en scène, passé à la loupe… comme si c’était l’évènement du moment d’une importance capitale…Cela raconte une histoire, il y a du suspense, on veut savoir la suite ; on nous donne l’impression d’être dans le coup quand on est au courant d’événements « à ne pas manquer ! »…

Réfléchissons si le sujet nous intéresse, allons plus en profondeur, partageons avec nos proches pour échanger sur le fond. Réfléchissons à ce qu’il se passe plutôt qu’être passif et recevoir les informations sans recul, d’un bloc.

Mais prenons garde de nous laisser dominer par une sorte de voyeurisme ou de commérage concernant certaines informations qui ont trait aux catastrophes ou aux déballages sans fin en général très négatifs. Nous n’avons pas besoin de ça !

Notre temps est précieux. Avec quoi le nourrissons-nous ? Bien sûr il est important de se tenir au courant de ce qu’il se passe, mais allons à l’essentiel.

Toutes ces infos sont renouvelées chaque jour, chaque heure… Avons-nous réellement besoin d’entrecouper notre journée par des flash infos, par des résultats de match, par le nombre de médailles gagnées quand ce sont les jeux olympiques, par des bilans de catastrophes ? Chaque fois que nous sommes coupés dans notre activité, il nous faut un petit moment pour nous reconcentrer. Mis bout à bout, cela représente du temps… et en plus cela entretien un certain stress d’être dérangé en permanence.

C’est aussi valable pour les informations sociales sur les réseaux sociaux. Ces outils sont très précieux et formidables, mais mesurons le temps que nous y passons. Est-ce que nous y retournons volontiers plusieurs fois par jour, juste pour vérifier si untel a posté la photo ou la nouvelle tant attendues… ? Et qu’en est-il de ses mails ?… Peut-être qu’on peut se limiter à une ou deux fois par jour maximum en se donnant une contrainte de temps…

Je vois bien qu’il est tentant d’y passer beaucoup de temps !… Je vais voir sur ma page Facebook « Aller à l’Essentiel », combien de mentions « j’aime » ont apparu suite à la publication d’une photo. Je peux voir les graphiques de progression, essayer de comprendre comment marchent d’autres fonctions, etc… Je peux suivre tout cela presque heure par heure !

Mais qu’est-ce que cela m’apporte d’aller voir plusieurs fois par jour ou même tous les jours ? Tout ce temps-là peut être exploité pour écrire des articles par exemple ou faire autre chose qui fera une vraie différence dans ma vie

 

Cela vaut le coup peut-être de réorganiser notre façon de recevoir les informations, pour gagner du temps, pour ne pas se laisser envahir par des émotions et du négatif qui ne nous appartiennent pas, pour avoir un quotidien moins entrecoupé et plus serein pour gérer ce qui nous concerne au premier plan.

 

0 réponses

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *