« Moi jalouse ? Jamais ! »

comment faire pour ne plus être jalouse

Quand la jalousie frappe à notre porte…

Quand vous voyez votre amie avec sa jolie maison, bien arrangée, joliment décorée et que vous n’avez ni belle maison, ni goût, ni idées pour la déco et encore moins l’argent pour le faire, cela peut susciter des sentiments de jalousie…

Quand les enfants de vos amis font de brillantes études, vont de l’avant dans leur vie, et en plus entreprennent des actions humanitaires passionnantes et que les vôtres peinent à trouver un emploi, un juste équilibre dans leur vie, des amis fiables et sérieux…parfois de la jalousie pointe son nez….

Quand les jeunes enfants de vos amis dorment toute la nuit, se tiennent bien à table, disent bonjour et merci naturellement… et que les vôtres ne tiennent pas en place, se font remarquer par la maîtresse comme difficiles, et que vous-mêmes vous demandez comment faire ?!… si vos enfants pouvaient filer doux de temps en temps et obéir comme ceux de vos chers amis….

Vous avez des amis dont le couple fait rêver : complicité, communication, tendresse…et vous êtes dans une passe un peu difficile avec votre conjoint. Vous regardez des bracelets dans une vitrine, il vous dit : « Mais tu en as déjà plein ! ». Vous attendez de l’attention, il ne quitte pas son ordinateur ou sa télévision du regard quand vous souhaitez un échange… Vous vous sentez isolée dans votre couple alors que les voisins semblent si heureux ensemble…vous les enviez, vous êtes jalouse…

Vous voyez votre amie ou collègue parler avec aisance, s’exprimer avec clarté, avec les bons gestes, les bonnes réflexions au bon moment. Vous vous êtes toujours sentie timide ou réservée, vous ne savez pas trop quoi dire, ou bien vous avez l’impression d’être trop spontanée et de dire des choses sans réfléchir et cela fait un ‘flop’. Cette assurance, cet aplomb,  et cette certitude dans les idées et réflexions que votre amie ou collègue exprime, vous minent et vous rendent jalouse….

 

La jalousie, l’envie, quelle frustration ! Mais aussi, quelle réalité ! Car ne nous voilons pas la face, cela nous arrive tous à un moment ou à un autre. C’est délicat d’en parler, car on n’est jamais très fier de s’avouer ‘jaloux’, mais regardons les choses en face et essayons de voir comment faire avec cette jalousie qui n’a pas bonne presse, car il paraît que « ce n’est pas bien d’être jaloux »…

Le premier point est justement de ne pas juger la jalousie comme bien ou mal. Quand la jalousie est là, elle est. Point. Ce n’est ni bien ni mal, c’est. Prenons l’exemple de la peur pour mieux comprendre. Si une personne a une très grande peur de prendre l’avion, vous avez beau lui expliquer toutes les raisons logiques pour qu’elle ait moins peur, elle a peur, elle a peur. C’est tout. Ce n’est pas de l’ordre du raisonnable, elle ne le fait pas exprès, elle ne peut pas s’en empêcher…Ce n’est ni bien ni mal, c’est. Pour la jalousie, c’est la même chose. Quand on est jaloux, on a beau se faire tout un tas de réflexions pour essayer de l’éviter, la jalousie est.

Quand on est jaloux, nous ne sommes pas notre jalousie. Elle ne nous caractérise pas entièrement, heureusement ! Il y a une différence entre ce que nous sommes, c’est-à-dire un être humain illimité, digne, sacré… et un sentiment qui va et qui vient. En d’autres termes, il ne faut pas confondre ce qu’on fait de désagréable à soi ou aux autres, poussé par la jalousie, et ce qu’on est, un être humain ‘plus grand’ que des sentiments et émotions qui nous traversent.

Une fois que nous savons cela, que pouvons-nous faire ?

Quand on a pu décrypter ce sentiment et en prendre conscience, il s’agit de l’accepter et l’accueillir pleinement. Reconnaissons avec humilité et avec cœur que voir ceci ou cela nous fait ressentir de la jalousie. Nous avons le droit de nous sentir jaloux. C’est.

Le piège est de rester dans cet état et de tourner en boucle avec ce sentiment. C’est le cas quand on veut aller à l’encontre de ce sentiment, quand on veut lutter contre, car on a toujours entendu que c’était « mal ». Plus on se dresse contre cela, plus les situations que nous avons sous les yeux nous énervent, nous blessent, nous frustrent. Et c’est à ce moment-là que notre frustration nous pousse à nous faire du mal ou à faire du mal aux autres de façon plus ou moins subtile. Nous essayons de nous ‘défendre’ comme nous le pouvons contre ce sentiment qui nous ronge mais en créant d’autres situations de tensions ou de frustrations contre soi ou les autres, et c’est sans fin….

Alors, acceptons notre jalousie, reconnaissons-la. C’est comme un torrent qui se déverse, on ne peut l’arrêter net, mais on peut le dévier.

Puis allons à la rencontre avec nous-mêmes en toute lucidité, honnêteté, clarté et faisons le point. Utilisons cette force, cette énergie de frustration de la jalousie pour l’orienter vers une solution. Il faut sortir du piège qui est d’alimenter sans cesse cette jalousie, ce qui nous fait toujours et encore plus mal. Il faut diriger notre énergie vers les actions que nous pourrons mettre en place pour sortir de notre situation que nous jugeons comme ‘inférieure’ ou ‘moins bien’ que notre voisin ou amie.

Au lieu de dépenser notre énergie à nous plaindre et à subir ces sentiments forts de jalousie, dépensons-la pour améliorer notre situation pour que nous n’ayons plus à jalouser qui que ce soit !

Choisir de se concentrer sur ce sur quoi nous avons de l’influence plutôt que de nous préoccuper sans cesse des autres est à mon avis une clef très efficace et puissante. (lire article « Qu’est-ce qui nous préoccupe ? » )

Donc la question est : que pouvons-nous faire, mettre en action pour sortir de là?

Un petit exemple personnel : pendant longtemps, chaque fois que je voyais des femmes bien arrangées, féminines, à la mode, je me sentais nulle, à côté de la plaque, coincée.

Au début je n’avais pas conscience de ma jalousie, je ne ressentais qu’un sentiment diffus de mal-être quand je côtoyais ces femmes. Petit à petit j’ai pu prendre conscience que cela me rendait jalouse. Ce que me renvoyait ces femmes résonnait chez moi avec un tel impact (voir article « Quand les autres nous agacent… »), que j’ai commencé à comprendre que j’avais le droit et le besoin aussi de prendre soin de moi. Et un jour, j’ai pris conscience que j’avais le choix :

Soit je continuais à vivre très frustrée, (ou même parfois carrément je fuyais ces rencontres), et à ressasser mes incapacités et à critiquer les autres sans modération (car quand on est jaloux, plus facile de critiquer que de se remettre en question!…), soit je mettais en place des actions pour prendre soin de moi et ne plus avoir à jalouser personne dans ce domaine.

Et c’est ce que j’ai fait. Me coiffer, me maquiller, apprendre comment faire, (car je ne savais rien), faire du sport, essayer de nouvelles crèmes, explorer des façon naturelles pour prendre soin de soi (huiles essentielles, massages, huile de coco, masques…), aller à la découverte … tout cela est facile et à la portée de tout le monde. Il n’y avait qu’à s’y mettre et c’est tout! Et ce n’est pas une question de temps…mais de décision.

C’est un exemple dans un domaine particulier, mais j’ai fait cela dans d’autres domaines et je ne regrette pas!

Ma boussole n’est plus à l’extérieur de moi, mais à l’intérieur de moi. Cela me permet de me recentrer sur ce qui est essentiel et d’être moins distraite et perturbée qu’auparavant par ‘la météo extérieure’… Et vous? Que pouvez-vous faire et introduire comme nouvelles habitudes pour ne plus jalouser les uns et les autres?

1 réponse
 

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.