Quand les politiques nous exaspèrent…

gestion des émotions

« Ah lui, je ne peux pas le voir ! », « Je ne peux pas la sentir ! », « Tout chez cet homme me dégoûte, je le trouve très malhonnête et menteur… », « Alors lui, il ne recherche que son propre intérêt… ! », « Elle ne satisfait que son égo… »…

Voilà ce qui peut nous passer par la tête et ce qui peut faire naître en nous des émotions de colère, des sentiments d’injustice, de trahison, de déception, de découragement….

Et c’est bien normal d’avoir nos préférences, de ressentir plus ou moins d’affinités ou d’intérêt avec ces personnes qui font de la politique, et encore plus dans son propre pays, où là, nous sommes directement concernés.

Il est bien tentant d’accabler les adversaires de nos personnalités politiques favoris, de tous les maux, de tous les défauts, de toutes les émotions et ressentis négatifs à leur égard. Notre sentiment ou notre avis peut être tout à fait justifié. Nous avons peut-être des raisons de nous méfier de telle ou telle autre personne. Nous sommes peut-être inquiets pour l’avenir de notre pays.

Nous en parlons autour de nous, avec nos amis, notre conjoint, notre boulanger ou notre collègue… et il n’en ressort que des « pfffff… », et des moues accompagnées de haussements de sourcils. Et l’énervement, la colère et l’agacement se répand encore à nouveau.

Pourquoi entretenir des sentiments négatifs, hargneux, ou de défaitisme à l’égard des personnages politiques que nous n’aimons pas et que nous pensons nuisibles, ne contribue pas à l’amélioration de la situation, à l’amélioration des personnes, à l’amélioration du climat politique… ?

  • Etes-vous déjà entré dans une pièce où vous avez senti que l’atmosphère était électrique, où vous sentiez un climat tendu entre les personnes ? Etes-vous déjà allé dans une ville où vous sentiez une ambiance tendue, stressée ? Et avez-vous déjà senti en voyageant, l’ambiance plus ou moins tendue d’un pays ?

Je vous parle de cela, car si nous entretenons une attitude très négative, une attitude de peur ou de colère, au-delà de ce que l’on peut voir, nous participons à la création d’une ambiance qui correspond à ce que nous entretenons.

Ces personnes, que nous n’aimons pas, reçoivent aussi d’une certaine façon, notre haine intérieure, notre dénigrement, notre colère. C’est facile à comprendre si on croit à la prière. Dans ce cas, nous envoyons du ‘bien’ à la personne ou à la situation. Mais quand nous envoyons des pensées négatives, c’est le contraire qui se passe et cela agit de la même façon… Et est-ce que du ressentiment, de la colère ou des sentiments pénibles aident une personne ou une situation ? Bien sûr que non. Ce n’est pas à coup de force et de sentiments négatifs qu’on aide les gens à devenir meilleurs. Il n’y a que l’amour et la lumière qui guérit…

Alors attention, je ne suis pas en train de dire qu’il faut tomber dans l’angélisme, il faut bien sûr agir pour défendre nos idées, révéler ce qui a à être dit, et ne pas être dupe ni naïf. J’attire juste votre attention, sur le fait que ces hommes ou femmes que nous n’apprécions pas, sont des êtres humains aussi. Ils poursuivent la même chose que nous tous sur terre (cf article : Finalement, après quoi courrons-nous ?), c’est-à-dire, la reconnaissance et surtout l’amour, aussi bizarre que cela nous paraisse au premier abord. Et donc ne chargeons pas la barque en entretenant à leur égard toute cette énergie négative qu’ils reçoivent de façon subtile. Si nous pensons qu’ils ont besoin d’éclairage sur certains sujets ou comportements, il serait plus logique de leur envoyer de la lumière pour qu’ils aient plus de clarté ! Si c’est du négatif que nous leur envoyons, cela ne risque pas de clarifier les choses…

Alors comment faire concrètement ?

  1. Vous ne supportez pas untel, okay !, reconnaissez-le. Vous avez le droit de ne pas être d’accord et d’être traversé par des émotions pénibles !

2. Ensuite, que pouvez-vous faire pour agir en fonction de vos valeurs ? Faites ce que vous pouvez dans la situation qui est la vôtre pour agir. Voter, en parler, écrire, donner votre temps pour agir en ce sens, essayer de vivre en cohérence avec vos convictions, vous engager en politique… etc.

3. Ensuite, envoyez de la lumière dans la situation, envoyez de la bienveillance aux personnes concernées en faisant abstraction de leurs actes visibles que vous rejetez, en les considérant comme de simples êtres humains en manque d’amour… tout comme nous… cela demande un peu d’humilité !…

4. Ensuite, le reste ne vous appartient pas, le résultat ne vous appartient pas. Donc là, il faut apprendre à lâcher. Vous faites tout votre possible avec les points ci-dessus, maintenant, il faut vivre sa vie, s’ancrer dans le présent. (cf article : Qu’est-ce qui nous préoccupe ?). On ne peut pas se laisser polluer toutes nos journées par des préoccupations dont nous n’avons que très peu d’influence… nous devons vivre notre vie.

Attention, lâcher ne veut pas dire abandonner ! Lâcher ce n’est pas renoncer à l’action, c’est renoncer dans l’action.

Cela veut dire que chaque fois que vous entendez les nouvelles par exemple, et que cela vient encore chatouiller vos sentiments de mépris ou d’agacement, vous refaites le petit cheminement que je vous propose ci-dessus :

  1. Vous reconnaissez que vous êtes agacé.

2. Vous savez que vous mettez en place des actions qui vont dans le sens de défendre vos convictions.

3. Vous envoyez de la lumière dans la situation…

4. Et vous lâchez, car le résultat ne vous appartient pas.

Ensuite vous continuez à faire ce que vous avez à faire dans votre vie, ancré dans le présent…

 

Partagez et commentez cet article! Dites-moi comment vous percevez les choses…

0 réponses

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *