Qui le fait vraiment ?

prendre soin de soi et de son corps

 

Aujourd’hui nous sommes tous à peu près d’accord pour dire qu’il faut faire du sport, cela fait partie de l’équilibre de vie. On peut même en parler avec les autres, et tenir toute une conversation sur le sujet….

« Les gens ne bougent plus aujourd’hui … ils restent assis devant l’ordinateur toute la journée, vont d’un point à un autre en voiture et prennent l’ascenseur au lieu de monter l’escalier…. », « Les enfants ne font pas beaucoup de sport à l’école… », « On entend dire qu’il y a de plus en plus de problèmes de poids, ce n’est pas étonnant, les gens ne font plus d’exercice et passent des heures devant la télévision…. », « C’est important de garder un équilibre entre l’esprit et le corps, faire un bon footing cela détend… », « Ça fait du bien… »

Alors oui, nous pouvons toujours en parler !

Mais combien d’entre nous pratiquent effectivement une activité sportive (même douce) de façon régulière ?

Comme pour jouer d’un instrument de musique, en faire une fois par mois pendant deux heures ne donnera pas les résultats de bien-être escomptés. Les maîtres mots : souvent et régulièrement.

Pourquoi est-il si difficile de s’y mettre ?

Pour répondre à cette question, c’est le flot des excuses, des fausses croyances sans fin….

« Je n’aime pas ça. », « Je ne suis pas fait pour ça, ce n’est pas mon truc. », « Tu sais, on n’est pas une famille de sportifs… »

« Je n’ai pas le temps. », « Quand veux-tu que je fasse du sport ? J’ai d’autres ‘chats à fouetter’ ! »

« Je n’ai pas le courage. », « Je suis trop fatiguée », « J’ai mal au dos, au pied, à… »

« Je n’ai pas les moyens de m’inscrire à un cours… », « Je voudrais bien faire de l’escalade, mais il n’y en a pas dans mon coin… »

« Je bouge déjà assez avec l’aspirateur, le ménage, les conduites à droite à gauche… », « Plus tard, quand je serai en vacances… », « Je fais assez de choses comme ça… »

 

Comment faire pour s’affranchir de tous ces freins ?

Je vous partage quelques solutions à ce propos, sachant bien entendu, qu’il y en a bien d’autres…

 

  • Bien choisir son activité sportive.

Il est évident que si cela fait des années qu’on n’a pas pratiqué de sport, il faut commencer doucement, et dans ce cas choisir quelque chose de doux, et surtout de progressif.

Choisir ce qui nous attire, ce qu’on aime. Inutile de faire quelque chose que l’on déteste, on est là pour se faire du bien.

Tenter des expériences, et essayer ce qu’on ne connait pas. On est parfois très agréablement surpris et on peut faire de belles découvertes. On a parfois des a priori sur les choses, mais tant qu’on n’a pas expérimenté de l’intérieur, on ne peut pas savoir si l’activité nous correspond vraiment ou pas.

S’autoriser, se donner la permission d’aller vers une activité physique à laquelle nous n’aurions pas pensé.

 

  • Travailler sa motivation.

Il se peut qu’on ne soit tout simplement pas assez motivé pour faire du sport. Quand les jours raccourcissent, et qu’il faut en plein hiver sortir dans le froid et la nuit pour aller à son cours de Yoga ou de natation, ce n’est pas toujours évident !

Faire l’activité  avec des amis par exemple, permet de garder plus de motivation.

Savoir pourquoi on veut pratiquer telle ou telle activité : pour être plus en forme, pour pouvoir ne plus s’essouffler pour monter les escaliers, pour se remuscler le dos, pour entretenir sa ligne, pour avoir un meilleur équilibre dans sa vie, pour se sentir bien physiquement….

Une fois que nous savons pourquoi, nous pouvons entretenir la motivation en nous projetant dans le bien-être que nous allons obtenir grâce à l’activité physique. « Je ne le regretterai pas. », « Je vais me sentir tellement bien après cela … »

 

  • Ressentir les bienfaits.

Dans notre monde où c’est le mental qui domine majoritairement, il est parfois bien difficile d’être connecté à son corps, à son ressenti. Nous sommes quelques fois tellement coupés de notre corps, que nous finissons par ne plus vraiment ressentir ce qui nous fait du bien ou pas. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles nous nous faisons mal en pratiquant une activité sportive, car on ne sent pas toujours comment mesurer notre effort.

Il est de mon point de vue, important d’apprivoiser nos sensations corporelles. Sans cela, nous ne pouvons goûter autant qu’il est possible au bien-être que nous procure cette activité du corps (et de l’esprit). C’est souvent le cas quand les personnes disent que faire du sport est une perte de temps, un ‘pince homme’, une obligation…

 

  • Commencer petit.

Nous connaissons tous les fameuses résolutions de début d’année. Mais combien ont tenu ? N’y a-t-il pas trop d’engagements à la fois ? Si nous ne voulons pas affoler notre inconscient qui a peur du changement, prenons soin de le rassurer avec des tout petits pas.

Faire de doux étirements au moins trois fois par semaine pendant 10 minutes…

Marcher 20 minutes dans la verdure régulièrement…

Trouver des vidéos de gymnastique douce ou tonique qui nous conviennent pour avoir des idées…

 

  • En faire une habitude.

Avant d’en faire une habitude, il faut savoir en faire une priorité.

Oui c’est vrai, cela demande persévérance et engagement. Mais si nous avons mis en place les éléments précités, nous avons mis toutes les chances de notre côté pour réussir. Il s’agit de rentrer dans de nouvelles habitudes et donc cela demande un peu de concentration pour ne pas lâcher l’engagement en cours de route.

 

Ensuite, quand les bienfaits et le plaisir seront présents, on ne pourra plus s’en passer, n’est-ce pas ?!…

 

4 réponses
  1. BENEDICTE
    BENEDICTE dit :

    Mais c’est une joie de faire du sport. J’y vais même en courant au sens propre et au sens figuré car j’aime bouger, courir, sauter. Notre corps est fait pour cela. Sentir l’effort, éprouver ses limites, avoir mal, avoir chaud, parfois se faire un peu mal. C’est la meilleure hygiène de vie qui soit.

    Répondre
 

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *