Un regard sur les émotions qui va vous aider…

gérer ses émotions

Nous faisons tous les frais de nos émotions; elles nous prennent parfois d’assaut; elles nous emportent dans des tourbillons douloureux ; elles nous font faire, dire ou penser des choses exagérées momentanément…. Et nous les subissons sans savoir très bien ce qu’il se passe. Voici quelques éléments :

L’émotion est une énergie.

Parmi les différentes émotions ressenties, toutes n’ont pas la même énergie. Comparez la tristesse à la colère par exemple, ressentez l’émotion qui a le plus d’énergie. Quand on est triste, on n’a pas beaucoup d’énergie, au contraire quand on est en colère, il y a de l’énergie.

On peut comme cela voir qu’il y a une échelle des émotions. Tout en haut de l’échelle se situe l’énergie de joie, et tout en bas la dépression, le désespoir.

Sachons que quand une émotion apparait, elle nous pompe de l’énergie. Pour la ‘fabriquer’, cela nous prend de l’énergie. Ou, pour exprimer cela autrement, nous nous mettons dans des énergies (basses ou hautes) qui correspondent à l’émotion en question, comme si nous nous mettions sur une fréquence correspondante.

Mais le plus souvent, nous ne nous contentons pas juste de ‘produire’ une émotion, ou de nous ajuster à sa fréquence vibratoire, nous lui résistons… Nous faisons appel à une autre énergie pour contrecarrer l’émotion déjà produite. Donc nous avons l’émotion due à un évènement et une autre énergie contraire qui essaie de faire taire celle-ci. Que d’énergie dépensée…

Bien souvent, nous résistons à nos émotions.

Comme nous avons appris bien jeune que nos émotions étaient gênantes et que pour nous intégrer et nous faire aimer dans notre vie, il fallait les mettre de côté, nous résistons à nos émotions:

Soit nous étouffons l’émotion : « Je ne devrais pas me sentir comme ça… »

Soit nous faisons l’autruche : « Je n’y pense plus et puis c’est tout… »

Soit nous entretenons l’émotion : « oh là là ! Il a dit ça et puis ci, et je me sens comme ci… c’est terrible… » et cela peut durer longtemps….

Dans les deux premiers cas, nous pensons que c’est une ‘affaire classée’ puisque l’émotion en question n’est plus sous nos yeux. Nous pouvons penser que c’est du passé, qu’il suffit de ne plus s’apesantir dessus pour que cela ne nous affecte plus.

Mais pour vérifier qu’une situation n’a plus d’emprise sur nous émotionnellement ou ne continue pas à nous pomper de l’énergie, il suffit d’y repenser. Si les émotions remontent, nous prennent à la gorge en repensant à l’évènement déclencheur ou à la situation difficile, cela nous montre que nous n’avons pas fait la paix avec cela.

Cela nous montre bien que la situation n’est pas ‘réglée’, et que, même si les émotions ne sont pas visibles au quotidien, même si nous n’y pensons pas à chaque instant, elles sont emmagasinées, elles sont quand même actives de façon souterraine.

L’émotion s’exprime alors autrement…

Ne pas écouter nos émotions entraine des conséquences. Je vous rappelle qu’une émotion, du latin ex-movere, ‘bouger hors de’, est faite pour être ex-primée, et non imprimée ou comprimée…

Toute l’énergie que nous dépensons à lutter contre ou à résister, nous fatigue. Ou bien dit autrement, à force de naviguer dans des énergie négatives, de rester englué dans des émotions lourdes même de façon inconsciente, nous pouvons nous sentir vidés de notre énergie, sans trop savoir pourquoi. Certaines personnes passent 20 ans, 50 ans et parfois toute une vie à lutter sans le savoir contre des émotions encore actives en elles, qui leur pompent toute leur énergie. Cela nous arrive tous plus ou moins.

A force de porter ces émotions, cela peut nous atteindre à tous les niveaux de notre être et nous pouvons avoir un vague à l’âme général, des crises existentielles, notre corps peut exprimer par des maux plus ou moins graves, les émotions se cristallisent et nous bloquent le dos, nous donnent des éruptions cutanées…

Quel est votre état émotionnel moyen? 

A force de véhiculer certaines émotions, nous pouvons faire une moyenne de notre état émotionnel. Nous pouvons le voir ou le ressentir clairement chez certaines personnes. Réfléchissons à cela.

Si dans notre vie, nous passons beaucoup de temps à être en colère contre les choses, contre les gens, si nous sommes tout le temps frustrés, si nous râlons souvent et sommes régulièrement découragés, même si de temps en temps nous éprouvons de la joie ou de l’amusement pour certaines choses, notre état émotionnel moyen est assez ‘bas’.

Si nous entretenons cela et n’évacuons pas les émotions empoisonnantes, cela nous crée une vie bien incomfortable. Et bien souvent, c’est une accumulation de désagréments et de frustrations qui nous poussent à vouloir changer les choses et à enfin nous occuper de nos émotions.

Laisser l’émotion nous traverser.

Observez un petit enfant pas encore trop conditionné par son environnement pour réprimer son émotion. Un évènement a lieu, on lui prend son jouet par exemple, il est furieux ! Il va crier et pleurer. Puis, s’il est bien accompagné, après un petit moment, il est prêt de nouveau à rire ou découvrir autre chose. Il a laissé l’émotion s’exprimer sans retenue.

L’émotion apparait suite à un évènement, monte en puissance, s’exprime, nous traverse puis s’en va comme une vague. Et trop souvent nous bloquons ce processus à mi-chemin, nous ne laissons pas l’émotion finir sa course. Le petit enfant vit pleinement son émotion, et on dit bien qu’il passe ‘du rire aux larmes’.

Il devrait en être ainsi pour nous adultes pour ne pas porter trop de tensions et d’énergies bloquées qui nous polluent notre vie.

C’est en redonnant à nos émotions la fluidité nécessaire pour partir que nous nous allégeons et que la vie devient plus heureuse… cela devrait nous être enseigné dès le plus jeune âge !

0 réponses

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *